Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Commerce Mag
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Covid : l'Auberge des Tilleuls ose le distributeur

Publié par le - mis à jour à
Covid : l'Auberge des Tilleuls ose le distributeur

Pour faire face à la fermeture des restaurants, L'Auberge des Tilleuls de Marnac a trouvé une solution originale : un distributeur de plats à emporter. Une expérience fructueuse amenée à perdurer.

Je m'abonne
  • Imprimer

A l'annonce du deuxième confinement, réfléchir à une nouvelle manière de travailler s'est imposé comme une évidence pour Édouard Robert. Lors de la première fermeture, l'Auberge des Tilleuls n'avait fait que très peu de ventes à emporter. C'est que les mesures sanitaires avaient pris le chef de court, lui qui était arrivé aux manettes de l'établissement que deux mois auparavant.

Après une bonne saison estivale, pas question d'accuser à nouveau le coup. En se creusant les méninges, une idée lui vient : celle de proposer ses plats dans un distributeur. "J'avais vu l'idée sur du pain, admet-il. J'ai appelé la société en leur demandant s'il faisait aussi des distributeurs pour les repas et ils m'ont répondu par l'affirmative. J'ai donc investi et je me suis lancé dans l'aventure."

Le distributeur est en réalité "un gros frigo", explique Édouard Robert. Il compte en tout quarante compartiments dans lesquels le chef dépose un menu, qui change tous les deux jours. Les gens peuvent venir y acheter un plat à 9 euros et des entrées et desserts à 3,5 euros à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. "Le distributeur est en leasing, soit une location avec option d'achat, informe le chef. Les coûts de maintenance sont compris dans le contrat. C'est un investissement sur cinq ans, ça vaut 25 k€."

Des retours positifs

La mise en place de la machine a aussi demandé un petit peu de logistique. Il a, par exemple, fallu adapter le menu à de nouvelles contraintes. "Il faut penser au réchauffage. On n'a pas de maîtrise sur les cuissons une fois que les gens ont pris le plat, donc on s'adapte. Impossible de proposer tout ce qu'on sert au restaurant." Puis, il a réfléchi à l'emplacement du distributeur.

Le choix s'est porté sur un village voisin, où Édouard Robert a travaillé pendant quatre ans. "L'Auberge est assez excentrée. On a donc choisi de mettre la machine sur un lieu de passage, à côté d'un bar tabac. Je remercie les propriétaires qui ont accepté qu'on l'installe ici. Ça leur permet, eux, de proposer des boissons à emporter", souligne le chef.

Après seulement quelques semaines de fonctionnement, les retours sont déjà positifs. "Certes, un peu d'adaptation pour nous a été nécessaire afin de comprendre le fonctionnement du distributeur. Pour le moment, c'est difficile d'avoir un retour car il n'y a pas de ventes directes mais, pour l'instant, les gens semblent bien réagir. Certains jours, on ne vend que quinze plats mais d'autres, on écoule les quarante, surtout le week-end, se réjouit Édouard Robert. On a aussi touché une nouvelle clientèle qui ne vient pas habituellement au restaurant."

Si les aides de l'état lui permettent de couvrir les charges fixes, la machine offre un complément de chiffre d'affaires. Le but est surtout qu'elle se transforme en un vrai plus, une fois le restaurant ouvert. "L'idée de la machine, c'est qu'elle devienne, après, une nouvelle façon de servir les gens, que l'on puisse amener notre cuisine différemment et ailleurs."

Galvanisé par cette expérience, Édouard Robert s'imagine même pouvoir en installer dans d'autres lieux alentours. En attendant, ce premier essai lui permet de continuer à "faire chauffer les casseroles" en ces temps compliqués, pour le plus grand plaisir de ses clients.

Émergence, l'émission 100% start-up de  Be@BossTV

Repères

Raison sociale : EURL Auberge des Tilleuls

Activité : Restauration

Localisation : Marnac (Dordogne)

Création : Janvier 2020

Gérant : Édouard Robert, 29 ans

Effectif : 2 personnes en cuisine, 2 en salle

CA 2020 : 180 k€

Je m'abonne

NEWSLETTER | Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande